Raíl

Robert Normandeau

Raíl a été jouée à Castelo Branco, Lisbonne et Porto…

Raíl est une œuvre qui puise à plusieurs sources ses matériaux et à plusieurs idées son inspiration. La première de ces sources est le train. Autant celui qui roule, qui craque, qui passe, que celui qui siffle et qui klaxonne. Des enregistrements de trains du Canada, des États-Unis et du Mexique s’accordent afin de sceller un traité nord-américain. Le titre, Raíl, est d’ailleurs le même dans les trois langues nord-américaines (l’accent souligne la graphie espagnole).

Une autre source est une prise de son d’un hélicoptère de la Sûreté du Québec qui a survolé mon quartier pendant plusieurs heures au cours des manifestions étudiantes du Printemps érable en 2012. Ce son d’hélicoptère, typique en milieu urbain d’une sorte d’oppression, m’a rappelé mon séjour à Belfast, en Irlande du Nord en 1997, où il était omniprésent, nuit et jour. D’autres sons d’hélicoptères enregistrés depuis plus de vingt ans se sont ajoutés à celui-ci.

[ii-19]


Raíl a été réalisée lors de nombreux séjours à l’étranger — Banff, Morelia, Santiago, Bowling Green, New Smyrna Beach — étalés sur une longue période, de 2012 à 19. La pièce a été créée le 19 février 2019 à la Escola Superior de Música de Lisboa à Lisbonne (Portugal) dans le cadre d’une série d’ateliers et et de concerts présentés par le Dias de Música Electroacústica (DME). Remerciements à tous ceux qui m’ont accueilli pendant ces résidences artistiques, en particulier Rodrigo Sigal, Federico Schumacher, Elainie Lillios et Nick Conroy.

Création

  • 19 février 2019, Mary & Normandeau: Concerto 1, Escola Superior de Música de Lisboa, Lisbonne (Portugal)

Détails

support multicanal

Calendrier

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.