Le fil ébréché

Nicolas Nuyens

Le fil ébréché a été jouée à Bruxelles et Morelia…

Lente dégringolade funeste, pleine de fêlures, d’éclats et de ruptures, comme la métaphore d’un long coup d’archet émaillé d’accidents de parcours.

Le grain, le frottement, déclinés ici sous quelques formes, ainsi que le titre, s’inspirent du souvenir du geste d’un tzigane roumain, un peu griot, qui utilisait un crin détaché de son archet noué à une des cordes du violon pour produire un incroyable râle fragile, décroissant et itératif, venu accompagner une nouvelle plutôt triste.

Autour de cette idée de chute et d’aspérité dans les trajectoires, il y a des figures composées, une narration abstraite et accidentée elle aussi, qui proposent de sortir du cadre strictement morphologique de l’écriture sur support.


Le fil ébréché a été composée avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Direction générale de la culture, Service de la musique). Le fil ébréché a obtenu le prix ex æquo (catégorie étudiants) au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2016).

Création

  • 23 mars 2016, ÉlectroBelge, Espace Senghor, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Détails

support stéréo

Calendrier

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.