À son insu

Maxime McKinley

À son insu a été jouée à Montréal et Québec…

Travailler à une pièce mixte pour l’un des instruments inventés de Jean-François Laporte — l’orgue de sirène — m’a mis face à un monde sonore dont je ne connaissais rien. C’est dans cette ignorance comme espace de création que j’ai trouvé mon enthousiasme pour ce projet. Cette démarche m’a fait sentir avec une acuité nouvelle combien ce que je crois savoir du son ne touche, en fait, que la pointe de l’iceberg. D’où le titre, À son insu, qui peut se lire comme l’expression habituelle (ce qui se passe sans qu’on s’en rende compte, ce qui nous échappe), mais aussi comme une dédicace — voire un hommage — au son et ce qu’il peut nous apprendre. La bande est entièrement faite à partir de prises de sons de l’orgue de sirène, parfois utilisé avec des objets de cuisine (couvercles, fouets) et des clochettes. D’abord timide, le son s’épanouit peu à peu: le potentiel de l’orgue se déploie dans un développement qui s’étend de plus en plus, accumulant souffles, battements d’harmoniques aigues, effets de percussions-résonances, et trames d’accords micro-tonaux. L’orgue de sirène (réel) circule dans sa propre potentialité (virtuelle), en se «promenant» dans la bande selon une technique que j’appelle «doublure nomade», c’est-à-dire qu’il souligne, appuie ou augmente divers éléments et / ou strates de la bande.


Cette pièce a été composée grâce au soutien du Conseil des arts du Canada (CAC), et avec l’assistance d’Adam Basanta à la réalisation informatique. Merci à Jean-François Laporte et Marie-Chantal Leclair, dont la disponibilité et la générosité rendent possible l’exploration.

Création

  • 2 juin 2014, Marie-Chantal Leclair, orgue de sirènes • Totem électrique Québec, Conservatoire de musique de Québec, Québec (Québec)

Détails

orgue de sirènes et support

Calendrier

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.