Décombres

Raphaël Cendo

Décombres a été jouée à Aveiro et Los Angeles…

Quelques instructions tirées de la partition: «violent, sans retenue; strident, agressif; excessivement nerveux; trembler, smorzando avec dents; très métallique; cris d’oiseau effrayants, très mouvementé; impulsif, incontrôlé; vers l’apaisement; souffle; bruits de clef; bruit blanc; hors limite; très calme».

«Le principe de cette musique: “repousser les limites par un excès d’énergie”. Libérer l’énergie instrumentale et inclure le corps de l’interprète dans le champ de la composition font en sorte que le concert n’est plus simplement une représentation désenchantée, mais bien un acte musical fondamental, un rituel sonore dont l’interprète est l’officiant. Ceci exige de l’interprète une virtuosité incroyable. Le son est métamorphosé. Il ne s’agit plus de planifier, mais de se perdre; il n’est plus question d’organisation, mais de se frayer un chemin dans un monde instable, sauvage et inconnu, ce qui est écrit s’adressant autant à l’interprète qu’à l’auditeur.

Dans Décombres, l’espace sonore est le lieu de confrontation constante entre les sons électroniques et la clarinette contrebasse. L’écriture de la partie de clarinette se déploie essentiellement autour de sons complexes et fait appel à la voix de l’interprète pendant qu’elle joue, dans une énergie démesurée, une virtuosité de l’excès. La saturation des matériaux ainsi produite fait ressortir à la fois la qualité électronique de l’instrument et son côté animal. La notion d’excès est ici accentuée par une très grande virtuosité, l’emploi de tous les registres et une tension d’énergie maximale. À cette limite de ce qui est possible, l’instrumentiste n’offre plus une performance, mais se retrouve dans l’action musicale, un rituel sensible et tangible où le corps est au centre du jeu. La masse des sons électroniques est soumise à des techniques de granulation pour produire des blocs de sons dispersés, tendus et abimés. La tentative de fusionner les mondes sonores électronique et instrumental crée un paradoxe qui brouille l’identité des sources sonores. Ces timbres, qui semblent provenir soudainement d’une source archaïque primitive, poussent leurs matériaux à l’extrême, jusqu’au vertige et à leur propre destruction.»

[traduction française: Yves Charuest, ii-19]

Détails

clarinette contrebasse et traitement

Calendrier

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.