Spectral Lands

Denis Smalley

Spectral Lands a été jouée à Aberdeen, Bangor, Birmingham, Bruxelles, Cologne, Huddersfield, Leicester, Londres, Montréal et Sheffield…

À George

Dans le titre, «spectral» fait référence aux auras fantomatiques des voix, des chants d’oiseaux et des phénomènes naturels qui peuplent les mondes imaginaires, ainsi qu’au concept de «spatialité spectrale», soit l’impression d’espaces, d’ampleur, que créent les comportements et les mouvements des sons dans le spectre sonore. Des terres, des mondes («lands») émergent de la relation entre la spatialité spectrale, la cohabitation physique des sons et des auditeurs dans l’espace et les environnements qu’évoquent les sources sonores (réelles ou imaginées).

En composant cette pièce, je me remémorais une récente visite à Golden Bay, dans l’extrémité nord-ouest de l’île sud de la Nouvelle-Zélande: la côte qui s’étire, les bruits dans la forêt indigène, la différentiation trouble, sous certaines lumières, entre océan, ciel et terre. J’ai été particulièrement frappé par la grande plage de Wharariki, où les vents soufflant sur les congères de sable ondoyant ont tôt fait d’effacer les traces de l’être humain; des saillies rocheuses aux arêtes usées par le temps s’élèvent du sable et de la mer; des grottes résonantes creusées par des marées séculaires s’écartent de la plage. J’ai été tout aussi subjugué par le paysage des Corbières, dans le sud de la France, où j’ai effectué l’essentiel du mixage de cette pièce. Entre des journées ensoleillées, on y rencontre des cieux dramatiques, des couches de nuages se déplaçant à toute vitesse, de bruyants coups de vent et, lorsque s’abat l’averse, une énergie texturale palpable. Néanmoins, Spectral Lands n’est pas le tableau littéral d’un paysage. L’ambiguïté des spectres sonores est telle que l’auditeur est invité à assembler ses propres images, son propre scénario, tout en autorisant ceux qui le préfèrent à aborder le discours musical d’une manière plus abstraite.

[traduction française: François Couture, iv-20]


Spectral Lands [Terres spectrales] a été réalisée en 2010-11 dans les studios du compositeur à Fabrezan (France) et Londres (Angleterre, RU), et a été créée le 23 novembre 2011 dans le Phipps Concert Hall du Creative Arts Building (aujourd’hui la salle Phipps du Richard Steinitz Building) de la University of Huddersfield, dans le cadre du Huddersfield Contemporary Music Festival (HCMF). Il s’agit d’une commande du HCMF et du Centre for Research in New Music (CeReNeM) de la University of Huddersfield. Spectral Lands est dédiée à George, qui a côtoyé ces sons au quotidien pendant plusieurs mois et qui en sait probablement plus qu’il ne le souhaiterait sur leurs origines et leur utilisation.

Création

  • 23 novembre 2011, hcmf// 2011: 20. Notam, Phipps Hall — Creative Arts Building — University of Huddersfield, Huddersfield (Angleterre, RU)

Détails

support 6 canaux

Calendrier