Voyage au centre de la tête

François Bayle

Voyage au centre de la tête a été jouée à Bruxelles, Cagliari, Cologne, Mons, Montréal et Paris…

D’abord mon amour pour Jules Verne (Espaces inhabitables, Jeîta) ses symboles. Autant que mon impossibilité à ne pas refléter l’expérience surréaliste dont ma génération est héritière. C’est ainsi qu’on y «voit» se rencontrer deux images sonores qui se mettent à se parler, se répondre, s’épouser comme deux fragments de la même: l’image transformée d’un chant de monastère, et celle — normale — d’une femme chez elle faisant son café (intérieur à la cafetière vs centre de la tête!).

Cette section est en effet dédiée à «l’intérieur». L’objet entre en nous.

J’avais écrit lors de la création, dédicacée à P Schaeffer, P Henry, I Xenakis — ensemble, «nous avons en nous une harpe de sons silencieux, que les sonorités extérieures viennent toucher, comme si elles étaient des doigts. Seuls les premiers — les silencieux — nous font musique, lorsque les doigts — les sons extérieurs — sont habiles…»

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Création

  • 23 avril 1982, Cycle acousmatique 1982: Concert, Grand Auditorium — Maison de la radio, Paris (France)

Détails

Cycle: Son Vitesse-lumière (1980-83)

Calendrier

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.