solitioude

François Bayle

solitioude a été jouée à Crest, Montréal et San Francisco…

«[…] Le mouvement suivant présente dans un autre rapport de grossissement des matériaux voisins, dans un léger grouillement de bruit de foule: en sous-titre match nul, pour indiquer l’équilibre des contraires, du jour et de la nuit, de la foule et de l’unique, de l’articulé et de l’inarticulé, de la lutte pour un but mystérieux, caché. Le troisième et bref mouvement qui suit, projette brusquement dans une violente intensité la même foule. En sous-titre solitioude démystifie la situation, pour écarter toute dramatisation. Éclaboussures de foule, applaudissement de mer, cette «pop-nature» en trompe-l’oreille s’efforce de rendre sourd au charme-choc des sirènes (de police!)». — François Bayle, 1994

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Détails

support stéréo

Calendrier

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.