Trois petites histoires concrètes

Stéphane Roy

Trois petites histoires concrètes a été jouée à Bruxelles, Lyon, Montréal et Nîmes…

À Pierre Schaeffer

Trois petites histoires concrètes est un triptype qui commémore le 50e anniversaire de la naissance de la musique concrète. Cette œuvre met en scène trois grands thèmes issus de la démarche concrète: l’acousmatique, le tournage sonore et l’exploration de l’espace.

La ‘rupture’ acousmatique: Surprenante rupture! C’était pourtant un hymen légitime: le son et l’objet auquel il renvoie comme indice ou signifiant. Une union dont on pourrait clamer l’absolue nécessité. Ce Pierre Schaeffer a lancé un pavé dans la mare et fait perdre ‘cause’ et ‘sens’ aux grenouilles, au point de les rendre totalement acousmatiques. Mais, éclaboussés que nous sommes, réjouissons-nous de notre acousmatisme chronique qui nous ouvre des horizons insoupçonnés! Célébrons le sillon fermé mais combien fertile et le chromatisme d’une cloche sonnant le deuil de son attaque.

Les ‘micro-confidences’ du tournage sonore: Le micro, son cadrage, son effet grossissant favorisent la captation de petits frottements, glissements et chuchotements qui, saisis au vol, exacerbent la sensualité de l’ouïe et modulent l’intensité dramatique de l’œuvre. Micro-confidences commémore l’avènement du tournage sonore et de la phonographie moderne, grands complices de cette infidélité aux corps sonores que l’on pratique depuis 50 ans dans des chambres closes, parfois même au fond d’une armoire.

Pythaghorizons l’espace: L’opacité du rideau derrière lequel se cachait Pythagore servait à donner transparence et profondeur à son enseignement. Et c’est de même, avec la plus fidèle ‘opacité’, que des pelotons de haut-parleurs, propagateurs apathiques à l’aspect sombre et austère crient, rugissent, chuchotent et chantent notre concrétitude depuis 50 ans. Ce ‘rideau’ de boîtes et de cônes dissimule pour mieux nous faire rêver, errer, pour mieux nous égarer aux confins des horizons du sonore. Soliste malgré lui à l’heure des premières musiques concrètes, le haut-parleur s’est démultiplié et forme aujourd’hui un ‘orchestre’ qui confère aux œuvres des colorations multiples et de folles trajectoires cinétiques, pour que se conjuguent les horizons de l’imaginaire et ceux de l’espace sonore.

[English translation: François Couture, ix-03]


Trois petites histoires concrètes a été réalisée en 1998 au studio du compositeur à St Louis (Missouri, ÉU) et a été créée le 28 octobre 1998 dans le cadre de la série de concerts Rien à voir (4) présentée par Réseaux des arts médiatiques au Théâtre La Chapelle à Montréal. Trois petites histoires concrètes est une commande de Réseaux des arts médiatiques.

Création

  • 28 octobre 1998, Rien à voir (4): concert solo + carte blanche, La Chapelle, Montréal (Québec)

Détails

support stéréo

Mouvements

Calendrier

Diffusions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.