Un autre Printemps

Francis Dhomont

Un autre Printemps a été jouée à Amsterdam, Annecy, Århus, Arras, Belfast, Berlin, Bourges, Bruxelles, Buenos Aires, Cologne, Göteborg, Helsinki, Iéna, Liverpool, Manchester, Marseille, Mexico, Moissac, Montpellier, Montréal, Nantes, Paris, Porto, Saint-Étienne, Santiago, Séoul, Sheffield, Szczecin, Vienne et Weimar…

À Uli A. et Antonio V.

La composition de cette musique destinée à un film comportait ses propres règles, différentes de celles d’une œuvre libre: respect d’une direction thématique donnée, contraintes matériologiques (Vivaldi, alto, chien, ruissellements, naturalisme) et temporelles, recours à des allusions et références, etc.

Un autre Printemps fait bien sûr écho au célèbre concerto de Vivaldi, véritable fil rouge du film, mais il le détourne, l’altère, le recycle. L’œuvre baroque devient alors une simple mais riche source sonore, porteuse de connotations culturelles. La place importante accordée aux mouvements de l’eau et à ses mutations correspond à la métaphore printanière du jaillissement, si présente à l’image. Mais ici le son de la Nature interroge la nature du son; les éléments figuratifs et référentiels du début glissent progressivement vers l’abstraction, grâce aux traitements qui en travestissent l’origine, et la musique retrouve son intégrité. Enfin, pour conclure, le son retournera au sens.

Cette façon de chercher dans le son la beauté qu’il contient pour l’organiser en structures me rappelle l’époque où, pour gagner ma vie, je sculptais le bois en m’inspirant de ses formes naturelles. Dans les deux cas j’ai tenté de réconcilier la volonté et le hasard, le perçu et le conçu, la nature et l’artifice.


Un autre Printemps est une commande du cinéaste allemand Uli Aumüller pour son film Mein Kino für die Ohren (Mon cinéma pour l’oreille), coproduit par ARTE et ZDF et a été réalisée en 2000 au studio du compositeur. Un autre Printemps a été créée le 14 mars 2001 lors de la télédiffusion du film en Europe et le 15 décembre 2001 dans le cadre de la série de concerts Rien à voir (10) à Montréal (Québec). Merci à Jean René, altiste, pour quelques robustes matériologies. La pièce a obtenu le 2e prix au Concours international de musique électroacoustique EAR’01 de la Radio hongroise (Budapest, Hongrie, 2001). Le film Mein Kino für die Ohren a été gravé sur DVD-Vidéo en mars 2002 par Bridge Records (Bridge 9117).

Création

  • 15 décembre 2001, Rien à voir (10): concert solo: Nature / Artifice, Espace Go, Montréal (Québec)

Détails

support stéréo

Le calendrier d’événements

Diffusions