Erinyes

Robert Normandeau

Erinyes a été jouée à Belfast et Montréal…

À Anne-Marie Cadieux

La voix est au centre de cette œuvre. La voix mais sans le texte. Des onomatopées seulement, récitées par les comédiens d’une production d’Électre de Sophocle (dans une mise en scène de Brigitte Haentjens et présentée à l’Espace GO à Montréal en avril 2000) pour laquelle j’ai composé la musique. Les Erinnyes représentent, dans la mythologie grecque, les gardiennes de la vie humaine. Chargées de pourchasser et de punir les pécheurs, on les appelle les «gardiennes de l’ombre».

Le principal traitement sonore qui a été utilisé était destiné à faire ressortir la nature primitive de la voix, cette résonance intérieure qui plonge ses racines profondément dans notre inconscient.

Ce traitement sonore s’appelle «freeze» (gel), ce qui peut paraître absurde à première vue tant la musique est affaire de temps. Mais grâce au traitement informatique, il devient possible d’arrêter le temps, de le figer. Les voix sont ‘gelées’ et intimement explorées de l’intérieur. Erinyes est la quatrième pièce du cycle Onomatopées (les trois pièces précédentes étaient Éclats de voix, Spleen et Le renard et la rose).


Erinyes a été réalisée dans le studio du compositeur en 2001 et a été créée le 5 mai 2001 dans le cadre du festival Sonorities à Belfast (Irlande du Nord, RU). Erinyes est une commande du festival Sonorities grâce à l’aide financière de la National Lottery du Arts Council of Northern Ireland. Les voix enregistrées sont celles des comédien(ne)s Marc Béland, Anne-Marie Cadieux, Anne Dorval, Denis Gravereaux, Andrée Lachapelle, Christiane Pasquier et de la metteure en scène Brigitte Haentjens. Merci à Michael Alcorn.

Création

  • 5 mai 2001, Sonorities 2001: Profile of the work of Robert Normandeau, Harty Room — Music Building — Queen’s University, Belfast (Irlande du Nord, RU)

Détails

support stéréo

Calendrier

Diffusions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.