Klang

Jonty Harrison

Klang a été jouée à Berkeley, Berlin, Birmingham, Bogotá, Bristol, Brno, Bruxelles, Cambridge, Cologne, Coral Gables, Édimbourg, Gainesville, Londres, Moissac, Montpellier, Montréal, New York, Nîmes, Oslo, San Francisco, São Paulo, Seattle, Stanford, Strasbourg et Vienne…

Le titre (‘Klang’ signifie ‘son’ en allemand) évoque la nature onomatopéique de la famille de sons formant la matière première de la pièce — des attaques métalliques incisives possédant d’intéressantes résonances riches en harmoniques. Le véritable point de départ de Klang est la découverte (dans la cuisine de Denis Smalley!) de deux casseroles de terre cuite dont les sons furent enregistrés au Studio de musique électroacoustique de la University of East Anglia (Norwich, RU) à l’été de 1981. Deux types de matériaux sonores furent captés: d’une part, les sons de type attaque/résonance obtenus en frappant sur la surface extérieure ou à l’intérieur des bols avec les couvercles; et d’autre part, les sons continus obtenus en passant les couvercles tout autour de l’intérieur des bols. Différentes hauteurs de son résultèrent de la façon de combiner tel ou tel couvercle avec tel ou tel bol — la qualité des résonances variant selon la position de l’attaque. Les microphones étaient placés très près des bols afin d’accroître le mouvement dans l’image stéréophonique. D’autres matériaux apparentés, accumulés durant les trois ou quatre années précédentes, furent également employés. Ils comprenaient des sons du monde réel, tels que des cloches à vache, des tiges de métal et des barres d’aluminium, ainsi que des sons générés électroniquement, aussi bien analogiques que numériques. En juin 1981, l’impulsion de composer la pièce m’est venue lorsque je fus invité par János Décsenyi à travailler au Studio de musique électronique de Radio Magyar à Budapest. Mais comme le temps de studio allait être limité, on m’avait conseillé d’amener une certaine quantité de matériel déjà enregistré. Les deux semaines précédant ma visite furent passées à effectuer un travail préliminaire dans les Studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham. C’est ainsi que les deux sections initiales de l’œuvre furent presque entièrement composées avant mon départ pour la Hongrie.

Malgré le déroulement ininterrompu de Klang, on peut assez clairement y distinguer six courtes sections: Introduction; Développement 1: un duo; Développement 2: interruption du duo et complexité grandissante jusqu’au premier sommet de l’œuvre; Développement 3: une section relativement statique; Développement 4: prolifération du matériau de la section précédente dans des structures en glissando, tension croissante vers le second et principal sommet de l’œuvre; et enfin, la relaxation de la Coda.

À partir de l’Introduction, il est possible à l’auditeur de suivre les développements de la matière première (sons de casserole) jusque dans la plus grande complexité des événements fortement transformés des quatre mouvements, pour ensuite retrouver dans la Coda, le monde sonore du début. La plus évidente des techniques de transformation utilisées ici est certainement le mixage, à l’aide de magnétophones, de multiples versions de sons simples légèrement transposés par un harmonisateur. D’autre part, les modifications les plus importantes ont été obtenues par filtrage et, surtout, par la technique du montage. Cette dernière constituait le principal moyen de contrôler la durée et la rythmique du matériau de base et d’en organiser le phrasé, qu’il s’agisse d’une ligne simple ou du mixage de plusieurs couches montées dans l’ordre désiré.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes, xi-00]


Klang [Timbre] a été composée en 1982 au Studio de musique électronique de Magyar Rádió (HEAR) à Budapest (Hongrie) et a été créée la même année à la University of Birmingham (RU). Cette pièce est une commande de MAFILM. Elle a obtenu le 2e prix de la catégorie Analogique du Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France) en 1983. Toujours à Bourges, en 1992, Klang s’est vu décerner une Euphonie d’or et, de ce fait, a été déclarée l’«une des vingt œuvres les plus significatives à avoir été entendues dans le cadre de ce concours au cours des vingt années précédentes». Merci à János Décsenyi. La pièce a été jouée et diffusée dans plusieurs pays, notamment au cours de l’édition de 1984 des World Music Days à Toronto (Canada). Klang a paru sur disque à deux reprises: en 1984, sur étiquette UEA (UEA 84009) et en 1996, sur étiquette NMC (NMC D035).

Création

  • 7 décembre 1982, Concert, Elgar Concert Room — Faculty of Arts Building — University of Birmingham, Birmingham (Angleterre, RU)

Distinctions

Détails

support stéréo

Calendrier

Diffusions

Date Œuvre Émission
1 février 2008 Jonty Harrison, Klang (1982) Radio Horizon 93.9 (Afrique du Sud)
14 novembre 2016 Jonty Harrison, Klang (1982) Acoustic Frontiers / CKCU 93.1 FM (Canada)
26 décembre 2017 Jonty Harrison, Klang (1982) Late Junction with Gabriel Prokofiev / BBC Radio 3 (RU)
7 février 2019 Jonty Harrison, Klang (1982) Thuisreis / Radio Centraal (Belgique)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.