SuperStrings

Adrian Moore

SuperStrings a été jouée à Bruxelles, Cagliari, Denton et Montréal…

À mon père

Dans SuperStrings [SuperCordes], je me sers de sons naturels de cordes, celles du piano et du clavecin, surtout les harmoniques et les gestes sonores obtenus en grattant les cordes avec les mains ou l’aide d’objets. À certains endroits, on peut entendre ces instruments utilisés à ce pour quoi ils sont conçus: notes individuelles, grappes, marches pseudo-aléatoires et passages harmoniques interprétés à la main ou avec l’aide du Disklavier de Yamaha.

SuperStrings habite un univers de parties tonales et pulsées, tout en dérivant du réel vers l’irréel. Deux passages pulsés, semblables, mais «colorés» et articulés différemment par d’autres sons, soulignent le caractère sectionnel du morceau. La répétition d’autres matériaux aide à mieux comprendre les hiérarchies sonores qui lui donnent sa forme.

Le mot «supercordes» appartient au vocabulaire de la théorie scientifique de la matière. Toute matière est faite de supercordes multidimensionnelles et ondulatoires. Imaginez une nébuleuse dans laquelle énergie et matière entrent en collision, formant un océan de lumière et de chaleur. L’univers sonore de SuperStrings bat au rythme de cette énergie brute.

[traduction française: François Couture, ix-06]


SuperStrings a été réalisée en 1998-99 aux The University of Sheffield Sound Studios (USSS) (Royaume-Uni) et a été créée le 10 mars 2000 durant le colloque AcousmaTex de SEAMUS à la University of North Texas (Denton, ÉU). Elle est d’abord parue en 2001 sur le disque compact Music from SEAMUS — volume 10 (EAM 2001).

Création

  • 10 mars 2000, SEAMUS Y2K: Concert 4, Lyric Theater — Murchison Performing Arts Center — University of North Texas, Denton (Texas, ÉU)

Détails

support

Le calendrier d’événements

Diffusions