Masques et dichotomies

Roxanne Turcotte

Masques et dichotomies has been performed in Birmingham and Montréal…

This text is unavailable in English.

«Si tu as quelque chose à dire et que tu veux être entendu, alors tu dois porter un masque» (“If you want to say something and have people listen then you have to wear a mask.”)

Banksy

Banksy, artiste-peintre britannique, fait passer ses messages de façon incognito à travers un art urbain depuis les années 90. Cette façon de s’exprimer excite la curiosité, ce qui lui confère une grande popularité malgré qu’il veuille rester anonyme par l’emprunt d’un pseudonyme.

Travail sur la recherche d’effets subliminaux et psychoacoustiques: phénomène de masquage, filtrage et trame de basses marquée, sons sourds et évolutifs, battements, inversions, jeu de traitement et contre-chants électroacoustiques, timbres électroniques et acoustiques.

La voix, au travers d’un masque, produit une sonorité étouffée, une voix parfois éteinte comme la nuit. Ces variations acoustiques sont observables lors de l’écoute d’entrevues à la télévision et à la radio depuis le début de la pandémie mondiale qui sévit depuis 2019. Je me suis amusée à reproduire ces effets sonores avec un égalisateur de fréquences sur une voix préenregistrée, modifiant ainsi le timbre vocal selon le type de tissu, l’épaisseur, la dimension et le nombre de couches d’un masque imaginaire pour ensuite rendre plus clair et distinct le timbre vocal original. Des toussotements et éternuements sont disposés sur différents plans dans l’espace. Quelques conversations, captées avec un enregistreur ambisonique, y sont intégrées.

Un bruit de cigale sauvée de la gueule d’un chat fait le lien entre le réel et le rêve. Elle émet ce bruit sec dans ma main en reprenant ses esprits, puis elle s’envole.

Des vagues, servant à structurer l’œuvre, se meuvent dans tous les sens au grand plaisir de la nature, tout en laissant ses riverains à la dérive et le silence fît.

Un fossé s’est creusé entre les bien-pensants aux idées conformistes et les autres. Une étrange époque demeure figée à l’ombre des médias sociaux, provoquant une grande solitude. Des algorithmes prennent de plus en plus le contrôle et des humains deviennent dépendants de cette nouvelle intelligence qui les dirigent vers des réalités inventées truffées de désinformations, de modifications à l’esprit critique et des apparences artificielles. Ils en deviennent dépendants de façon maladive en attente d’approbations tout en vivant dans des bulles aseptisées mais de plus en plus fragilisées. Une situation digne d’une série de science-fiction.

Au même moment, il y a la faille, l’erreur, le mensonge. Un président fou, corrompu, raciste et irresponsable a déteint sur sa population. Il persiste par la voix d’une suprématie blanche meurtrière qui laisse des traces. Des milieux de vie sont ainsi peuplés d’imposteurs et de délateurs individualistes et sans scrupules, laissant poindre des idées réactionnaires de vierges offensées. Ce populisme ne distingue plus le vrai du faux.

Tous les jours nous sommes témoins d’événements révélateurs de racisme systémique, de culture du viol, de féminicides, d’inégalités sociales et de paranoïa collective! Le déséquilibre écologique et la contamination du spectre des conspirationnistes insouciants, en sont un signe. Nous nous cachons alors sous un masque afin de passer incognito et de ne pas subir l’impact d’une contamination en cascade dûe aux radicalisations incessantes.

Les bulles se touchent alors et se désintègrent tranquillement. Une longue route se dessine devant nous, prenant des allures de champ de bataille et des obstacles en forme de cônes orange ralentissent nos pas laborieux vers une résilience.

Pour ne pas complètement perdre le contrôle de nos vies, il vaut mieux se fier aux expressions des ridules du visage sous un masque et s’exprimer enfin à voix haute, sans jugement et sans la peur du regard de l’autre. Nous voulons vivre intensément. Les yeux seuls se sont exprimés sous ce couvre-visage tels des lanternes illuminées.

Lorsque les masques tombent, la nature reprend sa place graduellement, une baleine profite de l’espace libre pour dépasser ses limites. Des animaux disparus renaissent soudainement. Paradoxalement, nous ressentons enfin le calme des villes endormies sous l’atteinte d’un virus tel une dichotomie surprenante.

[iv-21]


Masques et dichotomies a été réalisée en 2021 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal et a été créée le 27 février 2021 lors du concert La Grande Nuit 2021 — Au-delà de la notation diffusé en ligne en direct de l’Agora Hydro-Québec dans le cadre du festival Montréal / Nouvelles musiques (MNM) à Montréal. Merci à Audrée Southière, Bruno Galante, et à Fannie et ses ami.e.s.

Premiere

  • February 27, 2021, Binaural version for online listening: Montréal / Nouvelles Musiques 2021: La Grande Nuit 2021 — Au-delà de la notation, Montréal (Québec)

Details

synthetizer and 16-channel fixed medium

Calendar